Pratiques, usages, dress code BDSM
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 18/06/2008
Maitresse Monozuki nous entre-ouvre les portes de son monde en nous proposant des articles décrivant les pratiques utilisées, les règles de conduite entre les différents acteurs, les vêtements et matières portés.
Talons aiguilles pour dominatrices, mes s?urs.

Nous les femmes, nous connaissons notre pouvoir d'attraction sur les pauvres mâles ...


Crédit Photo : Talons Aiguilles
J'entends d'abord les claquements secs sur les pavés.
C'est un bruit incomparable, inimitable qui fait tourner les têtes.
C'est comme un bruit de machine à écrire quand la phrase vient toute seule.
C'est aussi un bruit de fragilité apeurée, de démarche pas sûre qui peut glisser à chaque pas, déraper ou s'enfoncer comme un poignard.
Je regarde et je remarque la cambrure exceptionnelle, le galbe du mollet en extension. Ces talons exceptionnellement hauts créent une tension qui remonte dans toute la jambe et qui créent cette démarche si particulière.
Le femme prend le temps de marcher, de mettre un pas devant l'autre, hautaine et si féminine.
Cette démarche attentive, un peu crispée, exaspère les sens.
Nous les femmes, nous connaissons notre pouvoir d'attraction sur les pauvres mâles et sur les femelles parfois aussi.
Une femme portant des talons aiguilles aura un déhanché particulier, une façon de rouler des fesses extrêmement attractive et suggestive.
Ce n'est pas simplement par goût de la provocation, mais c'est parce qu'elle est obligée de se tenir cambrée pour maintenir un semblant d'équilibre.
Quand la femme marche en se dandinant pas à pas, elle domine son monde. Ces talons la grandissent. A chaque pas on entend la soie des bas qui se frottent l'un sur l'autre. C'est tout à fait troublant comment des chaussures peuvent induire tout un personnage.
Elle s'assied, car ces escarpins ne sont pas fait pour la marche, beaucoup plus pour l'exposition et une certaine expression de la féminité.
Elle croise les jambes, balance en avant son pied si délicatement gainé. Le cuir de la chaussure est fin comme une seconde peau, les lanières bien attachées remontent haut sur la cheville. Le soulier est pointu, arrogant, mais ce qui est remarquable ce sont les talons aiguilles à la proéminence élancée.
La finesse du galbe de l'escarpin est prolongée par cette érection indécente et tellement suggestive.
A cet instant le fétichiste du talon aiguille ne résiste pas, c'est trop de tentation, c'est infernal. Il éprouve comme une pulsion, un désir irrépressible de venir baiser du bout des lèvres cette chaussure. Il passe et repasse sa langue sur le cuir et sous la semelle. La sensation est forte, le désir à son paroxysme et il garde ce morceau de choix qu'est le talon pour mieux le savourer. Sa langue s'active autour du talon, le fait pénétrer dans sa bouche d'une façon sensuelle, ses lèvres collent à ce phallus improvisé. Il suce, lèche, s'applique. Il est tout à sa soumission et cela l'excite.
C'est assez plaisant d'avoir un homme nu à ses pieds en train de vous lécher la chaussure. Vous sentez la douceur de sa langue à travers le cuir, son haleine brûlante effleurer votre pied. D'un coup sec vous pouvez mettre fin au jeu, repousser votre soumis, écraser ses parties intimes avec l'objet de sa vénération et vous éloigner en faisant claquer vos talons aiguilles.

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';