Pratiques, usages, dress code BDSM
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 18/06/2008
Maitresse Monozuki nous entre-ouvre les portes de son monde en nous proposant des articles décrivant les pratiques utilisées, les règles de conduite entre les différents acteurs, les vêtements et matières portés.
Les plaisirs brûlants de la cire chaude sur le corps.

Mes penchants pervers me poussent à cette pratique. Elle est toute simple et terriblement efficace.
J'adore infliger cette douce torture sur mes soumis mâle ou femelle avec une préférence particulière pour traiter les parties sexuelles.


Crédit Photo :
J'aime quand ils ou elles sont attachées, totalement immobilisés (voir bondage). Ils peuvent aussi avoir un bandeau sur les yeux. J'aime cette déperdition des sens au profit d'autres sensations.
L'atmosphère de la pièce est romantique, il y a des grands candélabres avec de nombreuses bougies. La lumière est douce, tamisée. Les flammes vacillent et découpent les ombres sur les murs nus. Tout est rougeoyant et doré, la chaleur des flammes est communicative. Il y a de la magie et du cérémonial dans cette lumière propice à tous les excès. Les flammes éclairent certaines parties du corps, les léchant impudiquement et les ombres les cachent, les enveloppent. C'est féerique, les flammes aiguisent les sens, tout est plus sexuel.
Il faut savoir choisir ses bougies pour ce supplice. Les bougies blanches sont à conseiller car la cire brûle à basse température et il y a moins de risque de brûlure. Car le but de ces jeux n'est pas de blesser ou de brûler gravement, mais de trouver du plaisir en exacerbant les sens et en poussant très loin la jouissance. Il faut proscrire les bougies en nid d'abeille et les bougies de couleur noire ou sombre, la cire étant trop chaude. Le mieux est de tester sur le dos de la main la température de la cire avant de la laisser s'écouler sur des couilles attachées ou encore sur des seins garrottés et gonflés.
Vous pouvez aussi régler la température en laissant la cire tomber de plus ou moins loin de la peau. Tout près cela brûlera, plus loin ce sera très supportable et toujours spectaculaire. La première couche est brûlante, mais la cire coulant sur la cire sera indolore. Ce qui est beau c'est de recouvrir totalement un pénis dressé avec le gland bien gonflé ou de faire une coque sur les couilles et ensuite de retirer la cire à coups de fouet ou de cravache. La sensation est garantie. La bite reste chaude et excitée et demande à être caressée ou encore torturée. Les seins ou la vulve complètement recouverts les rendent ensuite sensibles aux caresses. Dans la position de la chandelle, une bougie plantée dans l'anus sera du plus bel effet et c'est en bougeant que le soumis ou la soumise sentira la cire couler sur ses parties intimes. C'est une douce torture très efficace.
L'utilisation des bougies vient souvent en complément d'un bondage ou de tourments appliqués par des pinces. Les jeux de cravache, de fouet ou de martinet et de badine viennent compléter les possibilités. C'est un jeu brûlant pour des corps chauds.

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';