De bonnes lectures, de bons films ...
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 12/06/2008
De belles pages,émouvantes et palpitantes, sur les relations sadomachistes qui m'ont fait vibrer et qui vous feront vibrer.

Noboyoshi Araki, photographe et écrivain

" La photographie est l'obscénité par excellence, un acte d'amour furtif, une histoire, un roman à la première personne. "

Ses pôles d'inspiration sont Tokyo sa ville, le sexe et la mort

Crédit Photo : Couverture du roman Love Hotel
Araki est comme un lutin sautillant, vif et nerveux, un homme d'une énergie incroyable, toujours en mouvement.
Il est né en 1940 et vit à Tokyo, il est diplômé d'ingénierie à l'université de Chiba en 1963.
Il publie ses premières photos dans les années 70. Il connaît un succès immédiat.
C'est un précurseur de l'auto-fiction.
Il a photographié son mariage et sa nuit de noce. Il puise son inspiration dans sa vie même. Il a beaucoup inspiré Sophie Calle et d'autres performers, il a ouvert une voie artistique, fait école.
Dans ces années-là il participe à de nombreuses performances qui le rendent célèbre.
Ses pôles d'inspiration sont Tokyo sa ville, le sexe et la mort. Tout tourne autour de ces thèmes.
Ses photos sont très crues, très réalistes comme des reportages sur des lieux glauques avec des personnages aux m?urs et pratiques bizarres ou déviantes. Ce sont des prostituées, des masseuses, des gogo girl, des acteurs ou actrices X, tout un monde nocturne de fantasmes qu'il imprime sur la pellicule.
Il s'inspire de pratiques sadomasochistes pour aller plus loin dans son travail.
Ainsi il réalise en couleur de magnifiques suspensions. Des femmes sont attachées selon des rites de bondages très précis. Elles sont souvent vêtues de kimonos très colorés à larges fleurs. Ces kimonos sont largement ouverts laissant à nues les parties génitales ou les seins ou les fesses de la suppliciée.
L'érotisme est toujours présent, même si les visages n'ont pas d'expression, il y a une tension dramatique très forte. La situation de ces femmes dénudées et suspendues par des cordes dans des positions d'offrande et de soumission est belle en tant que scène et très troublante.
L'esthétisme est particulièrement travaillé, comme la lumière qui vient caresser ces corps.


Crédit Photo : Des rites de bondage très précis
Il est confronté à la maladie de sa femme et à sa mort en 1990. Elle est atteinte d'un cancer et photographiera chaque étape à l'aide de polaroïds, qu'il utilise comme Andy Warhol ou Patti Smith. C'est morbide, mais c'est sa façon à lui de survivre à cette douleur.
Autre grand thème abordé par Araki ce sont des photographies de fleurs.
Ce sont des métaphores magnifiques et particulièrement érotiques du sexe de la femme.
Ses orchidées ouvertes sont très suggestives.
Il a fait de nombreuses expositions à travers le monde dont quelques unes scandaleuses par rapport à la morale bien-pensante.
Il a aussi commis de nombreux livres dont le " Love Hôtel " chez Denoël en 2004 dont j'apprécie particulièrement la couverture. La fille y est splendide, d'un érotisme frémissant dans cette position particulière.
Il y a encore le : " Araki Tokyo Lucky Hole " publié chez Tachen en 1997 qui est très complet.

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';