Pratiques, usages, dress code BDSM
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 18/06/2008
Maitresse Monozuki nous entre-ouvre les portes de son monde en nous proposant des articles décrivant les pratiques utilisées, les règles de conduite entre les différents acteurs, les vêtements et matières portés.
L'humiliation, un échange très magnétique.

Salope, chienne, raclure, vermine, pute? Je sais que ces mots résonnent comme des caresses au bon soumis que tu es, c'est comme si je flattais mon chien et qu'il remuait la queue ! C'est ton cas !


Crédit Photo :
Je continue à t'insulter. T'es qu'une merde, un esclave, une petite bite, un souillon, une suceuse de bite, une petite enculée, un chien lubrique?
Ça te va ! Il t'en faut encore ! ça te fait jouir, tu en demandes encore à ta Maîtresse ! Tu n'es donc pas rassasié ! Il faut que je te crache dessus pour mieux t'humilier ! C'est bon ça des crachats dans la bouche et sur ton corps de chienne ! Je sais que tu aimes ça parce que tu adores tout ce qui vient de moi. C'est une relation normale de dépendance de Maîtresse à esclave.
Tu préfères sans doute que je dessine sur ton corps les marques de ta condition ! Cela m'amuse de t'insulter au gros feutre rouge. Je marque en toutes lettres que tu es une bonne chienne, que tu aimes te faire baiser, enculer. Je peux même dessiner une cible autour de ton cul, ainsi ce sera tout à fait explicite quand je t'exhiberai. Moi ce que j'aime, c'est que tu marques sur ton corps « soumis de Maîtresse Monozuki » ou mieux encore que tu rases tous tes poils pubiens et à la place laissée vierge et libre, que tu y notes que tu m'appartiens. J'apprécie l'hommage !
Tout ceci pour vous parler de l'humiliation. Cette technique est largement utilisée par les Dominatrices et appréciée des soumis. Elle est magnétique, c'est le plus souvent eux qui le demande par leur position et situation. C'est une étape psychologique qui conduit à un asservissement physique. Le soumis humilié, réduit à moins que rien sera d'autant plus docile et réceptif aux commandements. Il est placé ainsi dans un état second qui l'enclin à obéir.
Les prisonniers dans les guerres en ont fait les frais. Les Japonais étaient particulièrement cruels avec leurs captifs et ne cessaient d'inventer de nouvelles humiliations pour les réduire physiquement et psychologiquement.
Nos jeux SM de salon inspirés de ces pratiques barbares, ne vont pas jusque là, mais s'amusent à humilier en se servant du soumis comme paillasson et lui crachant et urinant dessus et si ça ne suffit pas il reste les injures et les coups. Mais pour le soumis doublé d'un certain masochisme, tout cela ne sont que caresses et plaisirs. Et je connais de nombreux soumis qui aimeraient être l'objet de mes humiliations.

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';