Pratiques, usages, dress code BDSM
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 18/06/2008
Maitresse Monozuki nous entre-ouvre les portes de son monde en nous proposant des articles décrivant les pratiques utilisées, les règles de conduite entre les différents acteurs, les vêtements et matières portés.
Féminité

Se comporter en femme, ressentir en femme.

Tout homme a une part femelle

Crédit Photo : Se travestir
J'exprime mon côté mâle pour mieux extirper la féminité du soumis qui est en face de moi.

Tout homme a une part femelle, on le sait depuis longtemps et c'est justement cette féminité que je veux révéler. Cette part est bien entendue perverse, lubrique et inconstante. A moi de la cerner, de la modeler pour qu'elle jaillisse du corps du soumis sans aucune retenue, sans aucun tabous.
Pour se faire, j'ai à ma disposition plusieurs accessoires. Je demande au soumis de se mettre nu, de se caresser comme le ferait une femme.
Il y en a qui sont plus ou moins doués, cela dépend de leur inhibition et de leur capacité à s'exprimer.
La plupart prennent leurs misérables petits seins entre leurs mains et les malaxent en les soupesant par en dessous. Ils dandinent de la tête, font des grimaces pas possibles, s'ils se voyaient.
D'autres plus audacieux, se pincent les tétons, se les étirent tout en se cambrant et en balançant leurs hanches de droite et de gauche.
C'est pitoyable, ce n'est là qu'une pâle copie de l'excitation féminine qui est beaucoup plus intérieure et subtile.
J'en viens aux accessoires, un soutien-gorge et un string leur donne tout de suite plus de féminité, bien qu'étrange avec cette bosse proéminente sous la transparence du string.
Porter des Dim-up est un plus, le frottement de la soie quand ils croisent les jambes est particulièrement excitant. Ce geste provoque toujours des frissons.
Mon soumis commence à se sentir femme avec ces quelques attributs. Je le vois se caresser différemment, se tenir différemment. Il est plus sérieux.
Je passe un doigt sur ses lèvres humides. Je force sa bouche avec ce doigt, je caresse ses lèvres qui se font pulpeuses, suceuses. Il les retrousse, je lui applique un rouge à lèvres, très rouge et brillant. Le goût lui est nouveau, il pince ses lèvres. Je continue à le maquiller, de la poudre sur le visage et du noir aux yeux. La voilà toute belle et presque désirable.
Je lui choisis une robe, rouge, couleur de passion, mais stricte. Je rembourre le soutien-gorge de coton. J'avais prévu des chaussures à talons à sa taille. La voilà fin prête. Je fais tourner mon soumis travesti pour mieux la contempler. Il marche, se tient, bouge comme une femme et à ce moment se sent complètement femme. Je le vois au plaisir qui éclaire son visage.




Crédit Photo :
J'en profite pour lui ordonner de se mettre à quatre pattes. Je trousse sa robe et je la sodomise sans ménagement avec mon gode ceinture. Il ne crie pas, des larmes coulent de ses yeux maquillés. Je fais quelques allers retours violents.
Puis, je lui dis que nous sortons, que je l'emmène au restaurant.
Il n'y a rien de mieux que de confronter son travestissement à une foule d'inconnus. L'on sort entre copines et il devra se comporter en femme, ressentir en femme. Peut-être croiserons nous quelques autres travestis tout droit sortis de " la cage aux folles ".

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';