De bonnes lectures, de bons films ...
Une chronique proposée par MaitresseMonozuki
depuis le 12/06/2008
De belles pages,émouvantes et palpitantes, sur les relations sadomachistes qui m'ont fait vibrer et qui vous feront vibrer.

Florence Dugas : Dolorosa Soror 

Lectures chaudes pour été chaud

Dans le cadre d'une révision des classiques de la littérature SM, Florence Dugas est en bonne place

Crédit Photo : Florence Ducas
Je prends ma règle pour frapper sur les doigts et les fesses des élèves récalcitrants. Dans le cadre d'une révision des classiques de la littérature SM, Florence Dugas est en bonne place. Cette jeune femme est professeur de théâtre et a écrit son premier roman à 19 ans. Son livre " Dolorosa Soror " est sorti en 1996. Cette année-là, la rentrée littéraire est submergée par une vague rose, de nombreux auteurs publiant des livres érotiques tels Lubricus de Marie Barthélemy, Jouir de Catherine Cusset, Sexes de Marc Bonnet etc.
" Dolorosa Soror " fait partie d'une autre catégorie au-delà de l'érotisme, ce roman vécu s'attaque aux relations SM, il y a un côté cérémonial et mystique dans le récit, l'écriture est travaillée. C'est un véritable auteur qui est révélé ici dans la lignée d'un Ryû Murakami ou d'un Philippe Djian au féminin. Il y a de l'intensité et des vibrations dans ses récits. Les personnages sont remarquablement composés et les situations poussées à l'extrême. C'est un roman SM pur et dur inspirée du marquis de Sade pour les tortures autant psychologiques que physiques.
Il y a des grands thèmes récurrents comme la sodomie. L'héroïne, Florence, se fait sodomiser dans diverses circonstances. Ses enculeurs sont toujours bien montés et la pénètrent bien profondément. Elle s'ouvre et crie en se dilatant au maximum, c'est douloureux, mais elle accepte. Son petit cul est très souvent sollicité. Un autre grand thème vécu est le fouet subit à bien des occasions. Il y a comme une habitude à être fouetté, c'est plus supportable à force. Elle porte fièrement les marques du fouet sur son corps, sur ses fesses. Ces marques forment des croûtes puis des bleus qu'elle garde quelques jours et qu'elle exhibe fièrement sur ordre. D'être fouettée l'excite et la rend plus docile aux jeux sexuels. Le troisième grand thème traité est l'homosexualité féminine. D'abord Florence se considère comme pédé avant que d'être lesbienne. Cette nuance pour définir le côté crade, rapide, sans sentiments, comme on tire un coup. Nathalie est une autre facette de Florence, son double, dominatrice et soumise, une projection de ses fantasmes et d'elle-même.
De nombreux accessoires sont utilisés dans le roman comme des menottes, des chaînes, des godemichés et divers objets d'introduction. L'alcool et les tatouages font aussi parti de l'univers SM de Florence.
On retrouve ces grands thèmes Sadiens dans " L'évangile d'Eros " mais poussés encore plus loin. Ce sont des romans de la passion où la passion est liée à la douleur et cette douleur est nécessaire pour atteindre des jouissances extrêmes. Ce sont des lectures de qualité, troublantes et excitantes à ne lire que d'une main. C'est un éclairage direct et cru afin de mieux comprendre ce monde particulier du sadomasochisme.

Dolorosa Soror Florence Dugas Editions Blanche 1996
L'Evangile d'Eros Florence Dugas Editions Blanche 1997

Cet auteur a publié 33 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';