Le Bondage
Une chronique proposée par Alextied
depuis le 09/07/2008
l'historique, la technique des noeuds de base, les figures.
Historique

Le bondage trouve ses origines au Japon au XV ème siècle lors de guerres très violentes. Il est organisé pendant la période Edo (1603-1878).


Crédit Photo :
Il est organisé pendant la période Edo (1603-1878).
Les codes de ligotage voient le jour avec une grande rigueur.
On n'attache pas de la même façon les nobles et les manants, les hommes ou les femmes. Et les supplices des liens dépendent de la faute commise.
Cela devient cruel et raffiné.
Deux formes de supplices existaient à l'époque sous forme de liens. Le premier était de faire des points de compression très violents et douloureux. Le second était les suspensions.
Ce n'est qu'avec le bondage moderne que les liens prennent une dimension érotique.
Il y a une particularité dans cette évolution.
Les occidentaux qui ont emprunté au Japon cette technique le nomme Shibari( attacher ou lier à l'aide d'une corde).
C'est le terme employé dans l'ensemble du monde occidental, sauf au Japon où ils utilisent le terme Kinbaku ( qui pour eux est le réel bondage).
La différence entre le bondage japonais et occidental, c'est que le premier utilise des n?uds coulants ou pas de n?uds du tout et que les cordes uniquement en chanvre ou en coton naturel, enserrent les seins ou créent des tensions et des frottements sur les parties génitales et sensibles. Cette technique joue fortement sur les sens.
Au contraire le bondage occidental, utilise des cordes légèrement plus longues, taille oblige (environ 8 mètres) et a développée sa propre esthétique. Ce bondage est moins sexuel et plus exhibitionniste, mettant en valeur certaines parties de l'individu. Il est aussi plus immobilisant et utilise différents n?uds.


Crédit Photo :
Les deux écoles s'affrontent aujourd'hui, mais il y a des passerelles.
Certains empruntant à l'une et à l'autre technique selon le résultat escompté et l'endurance de la personne attachée.
Les suspensions demandent une maîtrise particulière.
Dans tous les cas, certaines précautions d'usage sont nécessaires :
Ne jamais passer une corde autour du cou.
Toujours avoir des ciseaux ou un couteau à proximité.
Ne pas laisser seule une personne attachée.
Prévenir les risques de chute.
Attention aux endroits sensibles qui risquent de se déboîter, épaules et coudes.
Ne pas forcer.


Crédit Photo :
Choisissez des cordes en fibre naturelles qui ne glissent pas. Evitez les cordes synthétiques.
Utiliser des n?uds plats et non des n?uds coulants.
Ne pas attacher trop longtemps, surtout avec des personnes débutantes.
Voilà tout est prêt pour une séance.
Il suffit d'apprendre quelques n?uds et de reproduire des figures classiques ou de laisser aller son imagination.
Deux options s'ouvriront à vous :
Soit attacher pour déchaîner les sens de la suppliciée (Kinbaku) ou attacher pour immobiliser et mettre en avant les parties sexuelles de la partenaire (Shibari) pour mieux la caresser ou en user avec son consentement bien entendu.
Dans les deux cas cela procurera extrêmement de jouissance aussi bien pour celui qui attache que pour celui ou celle qui est attachée.

Cet auteur a publié 12 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';